LA SECONDE GUERRE MONDIALE

MALLETTE  PÉDAGOGIQUE  NUMÉRIQUE

Le Special Air Service : SAS

Le terme SAS ou Special Air Service, désigne l'unité de parachutistes britanniques créée pendant la Seconde Guerre mondiale. Des Français, dont huit Calédoniens, s'engagent dans le SAS et intègrent le French Squadron de la 1ère SAS brigade. Ils sont parachutés pour saboter les bases ennemies lors d'opérations en Afrique du Nord et lors du débarquement de Normandie en juin 1944.

Les Calédoniens engagés dans le SAS

les parachutistes du SAS

Le sabotage

En temps de guerre, le sabotage est l'action de détruire une installation de production ennemie, son matériel ou les moyens de transport qui lui sont essentiels pour continuer la guerre.

Quand les Résistants sabotent le matériel nazi

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en France, les Résistants mènent de nombreux actes de sabotage. Ils détruisent ou détournent des trains, coupent les routes et sabotent les usines qui fabriquent les armes pour les nazis. Le sabotage est alors considéré comme un crime par le gouvernement de Vichy et on le qualifie du terme abusif de terrorisme.

Les actions

de la Résistance

La solution finale

les nazis Accélèrent l'extermination des peuples considérés comme "impurs"

La « solution finale » est l’expression employée par les autorités nazies pour désigner l'accélération de l'extermination des populations juives d’Europe.

La « solution finale » est mise en place à partir de 1942 suite à la conférence de Wannsee où se réunissent des dignitaires nazis et des officiers SS. La mise à mort des populations juives est alors industrialisée dans des camps d’extermination. Six millions de juifs d’Europe y périssent.

Le Service du Travail Obligatoire, le STO

8 millions d'Européens réquisitionnés par les nazis

L’Allemagne recherche une main-d’œuvre pour faire fonctionner son économie pendant la guerre.

À partir de 1943, le régime de Vichy met en place le Service du Travail Obligatoire, le STO, afin de réquisitionner des travailleurs pour aller en Allemagne.

Des milliers de jeunes gens cherchent à échapper au STO et plusieurs rejoignent les maquis de Résistants.

 

La SS, La Schutzstaffel

au service de l'idéologie nazie

La SS est le sigle du terme allemand Schutzstaffel qui signifie « escadron de protection ».

 

La SS est la garde personnelle d'Hitler à partir de 1925.

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la SS est l'instrument de répression et de terreur au service du régime nazi. Elle a comme chef Heinrich Himmler, qui est également le chef de toutes les polices allemandes, dont la Gestapo.

La SS

Contrôle, tueries et répression

En 1939, la SS est composée de 250 000 hommes, sélectionnés selon des critères drastiques, d'appartenance à la race aryenne notamment.

 

Les SS sont chargés d'appliquer l'idéologie nazie : contrôle des camps de concentration et des camps d'extermination, tueries des populations dites « impures », répression des opposants.

 

Lors du procès de Nuremberg, la SS est déclarée organisation criminelle.

Portrait du SS

Klaus Barbie